jeudi, 18 juillet 2019 11:27

PESTICIDES EN AVESNOIS : Les fumeux arguments de la FNSEA  relayés par le sous-préfet !

Écrit par

Dans la Voix du Nord du 09 juillet 2019, Madame Christiane Lambert numéro 1 de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricole) vole au secours de Monsieur Jean-Christophe Rufin 1° vice-président de la FDSEA 59/62 et délégué d’arrondissement dudit syndicat. Elle déclare : « les agriculteurs ont aussi besoin de soigner leurs plantes, dans la légalité. Et cela, il faut l’expliquer. C’est pourquoi nous sommes en train de mettre en œuvre une charte des riverains. » .

Les pesticides seraient donc de simples médicaments destinés à  soigner des plantes malades dans le but de nourrir les populations.

Monsieur Alexander Grimaud sous-préfet d’Avesnes sur Helpe représentant de l’état, donc de Monsieur Didier Guillaume, ministre de l’agriculture va dans ce sens. Dans un discours inaugural du marché nocturne d’Eppe-Sauvage, il nous explique avec des mots similaires « quand vous êtes malades vous prenez des médicaments, c’est la même chose pour les plantes ».   Les opposants aux pesticides seraient donc selon lui, « des agitateurs prêts à tout pour inquiéter la population. »

Les pesticides, relégués  à la seul fonction de soins, ne seraient donc plus destinés à augmenter la production, éviter le désherbage manuel ou mécanique, utilisé en préventif sur des plantes saines.

En réalité, chacun sait que les pesticides sont utilisés en préventif pour éviter les maladies qui sont dévastatrices sur des monocultures fragilisées par la non diversité génétique des plantes. Les herbicides, tel le glyphosate de Monsanto (Bayer), ont pour but de désherber afin d’éviter le recours  à la main d’œuvre. Les insecticides utilisés contre les insectes ravageurs détruisent aussi les insectes utiles et les pollinisateurs.

L’argument du « pesticide médicament » tend à rassurer et à s’assurer l’acceptation du public. Quant à l’utilisation massive de produits chimiques, elle est destinée en réalité, à assurer une production  suffisante, pour garantir l’alimentation en matière première de l’industrie agroalimentaire. Une mondialisation de la production qui a très peu à voir avec la nécessité impérieuse de nourrir la population locale.

Le danger de ces propos, c’est la négation des effets secondaires liés aux pesticides sur la biodiversité, la santé humaine, la pollution des terres de l’eau. Ces effets secondaires sont en partie connus notamment, sur la santé humaine et d’ailleurs reconnu sur le tableau des maladies professionnelles en agriculture.

L’exemple des antibiotiques dans les élevages intensifs de volailles et de porcs sont utilisés de façon pervertie. Afin d’éviter les maladies, dues aux concentrations animales, l’agriculture intensive détourne régulièrement les fonctions premières d’un produit, faisant fi des conséquences. Des antibiotiques de moins en moins efficaces, par l’utilisation massive, pratiques d’élevage qui mettent en danger la santé humaine.   

Si on comprend que de tels propos soient tenus par les représentants de la FNSEA, connue pour sa position favorable à une agriculture productiviste et industrielle, on peut s’étonner  qu’ils soient relayés par Monsieur Alexander Grimaud sous-préfet de formation urgentiste, un médecin ne pouvant méconnaître les effets secondaires d’un produit, qu’il nomme médicament, sans peser le bénéfice/risque de telles molécules !

Mais est-ce la position du sous préfet médecin urgentiste ou celle de son autorité de tutelle ?

Il est fort à parier que cette position est plutôt celle du gouvernement,  qui remet en cause tous les arrêtés « anti-pesticides » pris par des maires de petites communes un peu partout en France !

Un ministre de l’agriculture, Monsieur Didier Guillaume qui céde régulièrement aux pressions de la FNSEA et des lobbies. Un ministre de l’écologie, plus préoccupé  de la pêche du homard et de la vinification des grands crus que de l’utilisation des pesticides. Un président reléguant ses promesses sur le glyphosate aux calendes grecques !

Nous ne sommes pas étonnés ! Il nous, revient, en mémoire la visite de la présidence Française dans notre région et un petit déjeuner dans un établissement proche de la sous-préfecture….A la même table étaient présents entre autres, Monsieur Gerald Darmanin, ministre de l’action et des comptes publics, Madame Anne Laure Cattelot, député de la 12° circonscription, Monsieur Emmanuel Macron Président de la République, Michel Lalande, préfet du nord, et Monsieur Jean Christophe Ruffin responsable de la FNSEA mais présenté comme un agriculteur Lambda. Il a fort à penser que tout ce beau monde défend une même vision de l’agriculture !      

NDLR : Depuis la rédaction de cet article Monsieur François Goullet de Rugy le Ministre de la transition écologique a démissionné remplacé par Madame Elisabeth Borne

Lu 617 fois