lundi, 22 juillet 2019 19:31

Retour sur le rassemblement citoyen de soutien au arrêtés municipaux CONTRE LES PESTICIDES

Écrit par

Ce samedi 20 juillet 2019 , malgré les vacances et le travail, c’est à plus de 100 que le collectif c’est réuni pour soutenir les arrêtés municipaux anti-pesticides désavoués par Monsieur grimaud , le sous préfet de notre territoire, ignorant le fait qu'ils soient un choix de protéction de la santé publique et de la population. Hélas, celui-ci n’a pas eu la possibilité de libérer son emploi du temps pour un sujet aussi important et sensible à ce moment. Ce sera le Mardi 23 que le collectif le rencontrera afin de lui faire le retour de voix de la population de l’Avesnois.

Voici les photos et le discours du collectif.

Merci encore à tous !

« L’arrachage de haies, le labour profond et les pesticides, leurs méthodes de surexploitation pour gagner plus, toujours plus …. mais à quel prix ?

Au prix de la disparition de notre richesse commune : notre biodiversité. Celle-ci devrait-elle laisser place à une richesse économique, qui en réalité ne profite pas à notre territoire et ses habitants mais à une minorité de spéculateurs qui n’ont pas ce regard émerveillé sur notre bocage et n’ont aucune honte à le voir disparaître ?

Au prix de notre propre santé, celle des populations les plus faibles et de celle de nos enfants : De notre avenir.

Cet avenir faut-il le laisser entre les mains de quelques-uns en fermant les yeux ? Et quel sera le prix à mettre à l’avenir pour soigner toutes ces maladies qui se multiplient et dont le lien avec les pesticides est de plus en plus avéré malgré de puissantes tentatives d'occulter la recherche scientifique. Des maladies telle que le cancer du sang, de la prostate, la maladie d’Alzheimer et de Parkinson …

« Hé petit c’est quoi ta maladie, ha tu es né sans bras, tu as une leucémie ? … c’est triste … mais grâce à Alzheimer, moi je m’en souviendrais plus dans quelques instants »

quel avenir ? Aujourd'hui il fait peur.

Pour notre avenir, il faudrait tuer notre terre et en faire un substrat qui ne sert qu’à tenir les racines d'une seule plante clonée en millions d'individus, nourrie aux intrants chimiques et donc, ne pas hésiter à détruire les réseaux mycorhiziens et les êtres vivant du sol comme les lombric. Cela en labourant toujours plus, plus et plus profond.

Arracher les haies pour voir apparaître inondations et coulées de boues et voir disparaître les animaux sauvages qui y vivent ou s'y nourrissent. Les petits et moyens mammifères, les oiseaux, reptiles et insectes disparaissent a vu d'œil comme disparaît notre bocage.

Les abeilles et insectes mellifères disparaissent et la population des oiseaux des champs est en chute libre comme tant d’autres ...

« Et petit tu sais ce qu’est un vanneau huppé … peut être que tu n'en verra plus jamais car ils ne sont plus dans nos champs … et l'abeille noir ??? Non ? Ha … »

Il y a des solutions et ce n'est pas pour rien que nous sommes le premier territoire bio des hauts de France. L'économie et la nourriture saine ne sont pas incompatible et c’est notre santé, la biodiversité, notre bocage Qui profiteront de nos choix d'aujourd'hui.

C’est pour cela que comme clé de voûte de notre combat, nous appelons nos élus les plus proche : nos maires à user de leur compétence de protection de la population.

Monsieur le sous-préfet, ne désavouez pas les élus municipaux en avançant une illégalité sur leurs compétences de prendre des arrêtés nous protégeant car l'article L. 2212-4 du Code General Collectivité Territoriales semble vous contredire.

Le maire étant le premier officier de police judiciaire de sa commune doit en effet pourvoir à toutes les mesures d’assistances et de secours envers sa population pour la prévention et la cessation de situations de pollution de toutes natures, inondations et fléaux calamiteux tout en apportant les secours nécessaires.

Monsieur le sous préfet, la bienveillance des arrêtés pris contre la pollution et la destruction de l’environnement est totalement en phase avec la protection publique et la gestion de risque

Monsieur le sous-préfet entendez nous, cela fait 2ans que vous avez été dépêché sur notre territoire et nous sommes prêts à vous apporter l’expérience de notre terre natale ou de cœur, de notre bocage qui est le visage de l'avesnois.

Nous avons ici, ce jour une grande biodiversité d’esprit qu’il faut citer et remercier.

Tout d’abord, Les parent d’élèves et les élèves de l’école « Les Petits Loups » d’Anor (Merci c’est pour vous principalement)

Le mouvement nous voulons des coquelicots

L’ASPAS, L'Association de Sauvegarde et protection des animaux sauvages

Les colibris de l’Avesnois

Extinction et rébellion du Valenciennois et de l’Avesnois.

Ensemble pour le climat

L’association Investig'Nature

Les gilets jaunes qui ont une lueur verte aujourd’hui  

La nature sans friture

L'association Mormal Forêt Agir

Anor Environnement

Anne brunneau réalisatrice du film « la guerre des terres »

Les agriculteurs et producteurs locaux qui nous soutiennent

Les médias officiels ou indépendants qui nous sont bienveillants

Les élus qui ont le courage de jouer leur rôle de protection de la population et de la santé publique comme monsieur Rattez, maire d’Ohain et ses conseillers.

Chaque personne venue individuellement

Et donc tous les membres du collectif bocage en danger – Monbocage.fr

Ensemble, on a planté une graine, elle est en train d’éclore … on va la nourrir sainement pour la voir grandir. Merci à tous. » 

Le collectif « Bocage en danger – Monbocage.fr »

Lu 476 fois