vendredi, 02 août 2019 07:21

La charte inutile et dangereuse que l’on tente nous faire approuver !

Écrit par

La charte dite de « bon voisinage » (à disposition en fin d'article) , proposée par certaines organisations d’agriculteurs, la chambre d’agriculture, l’état et la préfecture du nord, est une « farce ». Charte à laquelle on tente de faire adhérer, les communes, l’association des maires du Nord et les associations de défense  de l’environnement et de la santé.

Cette charte est intiment liée à l’arrêté préfectoral du 30 novembre  2016 réglementant l’utilisation des produits « phytosanitaires »  pour le département du nord.

L’arrêté préfectoral ne prévoit  aucune distance de sécurité vis-à-vis des habitations et une distance minimale de 5 mètre pour les cultures basses et de 50 mètres pour l’arboriculture des lieux accueillant des personnes vulnérables (hôpitaux, écoles etc.) .

En ce qui concerne les distances la charte reprend les mêmes dispositions que l’arrêté préfectoral de 2016. Pourtant une décision récente du Conseil d’Etat, conteste, un arrêté ministériel  considérant que ces mêmes distances ne protégeraient pas suffisamment les populations.

On considère dans cette charte que les personnes dites vulnérables dont les enfants ne seraient pas à protéger, dès lors qu’elles sont à leurs domiciles, aucune distance des habitations n’étant prévues !

Femmes enceintes, malades, enfants et toutes personnes continueront donc à être exposés sur leur lieu de travail, dans leurs habitations aux pesticides sans qu’ils puissent y trouver rien à redire.  

Cette charte dispose également que les agriculteurs devront choisir entre deux produits similaires. Le produit à « moindre risque », reconnaissant donc implicitement la dangerosité des produits utilisés.

Elle prévoit également sans les préciser, l’utilisation de dispositif anti- dérive dont on peut douter de l’efficacité, puisque les différentes analyses démontrent que les molécules se répandent dans les terres, l’ai et l’eau.

Enfin les agriculteurs doivent connaître les produits qu’ils utilisent et leurs conditions d’applications et s’engagent à n’utiliser que des produits autorisés ce qui est un minima.

 

Elle fait la part belle à l’agriculture intensive n’apporte aucune avancée par rapport à la situation actuelle tant au niveau de la santé des habitants que de la biodiversité.

Comment peuvent-ils oser demander aux associations de défense des victimes des pesticides, de riverains et de protection de l’environnement. Non seulement de ratifier cette charte mais aussi de la promouvoir ?

Cette charte montre la détermination des autorités de l’état et de certains syndicats agricoles à imposer à la population  leur modèle agricole productiviste. Qui plus est en obtenant le consentement de tous à exposer leur santé à des produits dont toutes les études sérieuses montre les dangers !

Lu 957 fois